Logo du club de rugby Colomiers Rugby

Profil bas

9 Nov, 2021

Mais où étaient les Columérins vendredi soir ? Souvent séduisants depuis le début de la saison (malgré quelques passages délicats), ils ont, devant leur public médusé, subi leur troisième défaite face à Carcassonne (16-17), la première à domicile. Après la sirène comme les deux autres, à Nevers et à Béziers.

Cette fois, ce sont leurs fantômes qui ont donné la réplique à de courageux Audois. Alignant une équipe bâtie avec les moyens du bord en raison de nombreuses indisponibilités — trois demis de mêlée dont un (Anon) va dépanner avec réussite dans la ligne des trois-quarts et un talonneur utilisé comme remplaçant en troisième ligne —, les Carcassonnais étaient sans doute dans leurs petits crampons au coup d’envoi, se demandant à quelle sauce ils allaient être mangés. Ils ont très vite compris qu’ils n’avaient pas affaire au meilleur Colomiers. Les joueurs de la Colombe, dont les vertus exprimées d’habitude avaient peut-être posé une RTT, ne sont pas rentrés dans leur match. Empruntés, ils ont laissé, sauf en de rares occasions, les visiteurs prendre les clés de la rencontre lors d’une première période plus que médiocre à l’issue de laquelle ils menaient pourtant (6-3).

Ensuite, s’ils ont tenté d’allumer quelques mèches, elles n’ont le plus souvent provoqué que des feux de paille. Multipliant les erreurs — que dire des deux touches perdues en fin de match ; elles auraient dû leur en assurer le gain —, les Columérins ont permis à leurs hôtes de croire en leur bonne étoile jusqu’à cet essai de pénalité accordé au bout de 82 minutes, leur second de la soirée après celui inscrit sur un contre de 80 mètres par Anon.
Les deux réalisations columérines (Saurs et Rokoduguni) n’ont fait que retarder une triste échéance et les trois poteaux touchés (Girard deux fois et Javaux) ressemblaient à des signaux annonciateurs du verdict.

Faut-il parler d’un accident ? Allô ! maman bobo. Nous l’espérons car nous croyons l’équipe capable de se relever pour éviter des lendemains qui chantent faux. « Il y a toujours une vie après un échec, seule la mort est définitive » (Yasmina Khadra, «Les Anges meurent de nos blessures »). Après un week-end sans match, une réaction est attendue à Narbonne face à d’autres Audois qu’il faudra avoir à l’œil afin de ne pas s’exposer à une nouvelle déconvenue.

En attendant, Colomiers a raté l’occasion de s’installer dans le fauteuil de dauphin, après dix journées de Pro D2, sur les talons de Mont-de-Marsan, détonant vainqueur à Bayonne. Le club à la Colombe (33 points), chute au quatrième rang, à un point d’Oyonnax et Bayonne qui se partagent la deuxième place avant de s’affronter à Charles-Mathon lors de la prochaine étape. Quant au premier non qualifiable pour l’instant (Nevers), il pointe à sept longueurs. Il n’y a donc pas péril en la demeure même si celle-ci a connu une secousse dont la magnitude ne figure pas sur l’échelle de Richter. Alors, debout les gars !

 

Jean-Paul Pronzato

Vous aimeriez peut-être également…

A la vôtre.

A la vôtre.

Champion « ad honores » en 2020 d’une Pro D2 stoppée après vingt-trois journées, cinquième en 2021 (76 points), sixième en 2022 (78 points), Colomiers tient son rang et sa deuxième qualification consécutive en phase finale d’un championnat passionnant ne doit rien au...

Frissons et émotions

Frissons et émotions

Objectif atteint ! Vainqueurs des Agenais 21 à 16 jeudi soir, les Columérins, présents sans discontinuer dans le « top 6 » depuis la première journée, bouclent la saison régulière au sixième rang, validant leur qualification en « play off » pour la deuxième année...

L’envie

L’envie

Inimaginable : la correction reçue par les Columérins, balayés 34 à 13 vendredi soir à Bourg-en-Bresse. Inimaginable : la performance des Aixois, victorieux 20 à 16 à Oyonnax. Mais cela fait partie du « charme » du sport. Que dire du drame qui s’est joué dans la nuit...

Partagez cet article

Partagez cet article avec votre entourage !