Logo du club de rugby Colomiers Rugby

Des éclairs après l’orage

13 Sep, 2021

Bien arrosée dans l’après-midi par un orage, le dernier de la série de ceux annoncés par Météo-France, la pelouse du stade Michel-Bendichou avait revêtu, vendredi, sa plus belle parure pour permettre à la Colombe d’y déployer ses ailes dans la soirée. Elle a ainsi volé vers un convaincant succès aux dépens d’une équipe aurillacoise sans grand génie, 27 à 0, le troisième en trois journées de Pro D2, assorti cette fois d’un bonus offensif. « Toc toc badaboum. »

Avec une maîtrise et une sérénité nous ramenant deux saisons en arrière, lors de cet exercice 2019-2020 stoppé par la Covid-19 alors qu’ils tenaient les tout premiers rôles, les Columérins n’ont jamais tremblé et ils ont pris du plaisir sur le pré – les spectateurs n’ont pas boudé le leur – à l’image de Paul Pimienta, de retour après onze mois de disette en raison d’une grave blessure à un genou.

Contrairement à leurs premières prestations, les hommes de Julien Sarraute et Fabien Berneau n’ont eu aucun handicap à remonter. D’entrée, ils ont joué, bien joué. Si le premier de leurs trois essais est l’œuvre de Thomas Larrieu en costaud poussé par le pack après une touche de pénalité parfaitement exploitée, les deux autres, signés en deuxième mi-temps par Anthony Coletta, auteur d’une entrée tonitruante – soulignons une fois encore l’apport du banc, gage de la force du groupe –, et l’inévitable Johan Deysel en mode perce-muraille, sont les aboutissements de deux superbes mouvements récompensant l’envie de produire du jeu, même si le désir d’enflammer les débats et les prises de risques ont coûté un trop grand nombre de ballons perdus. Nous avons souvent eu l’occasion de citer Alfred de Musset : « La perfection n’existe pas ; la désirer pour la posséder est la plus dangereuse des folies. »

La mêlée, à la peine une semaine auparavant à Oyonnax, a dans l’ensemble tenu le choc face à celle des Cantaliens toujours précédée d’une flatteuse réputation. Ne venait-elle pas de poser des problèmes, malgré la défaite, à sa rivale bayonnaise ? Dans les moments de flottement – d’indiscipline aussi sur la fin avec un relâchement sans doute lié à l’énorme énergie dépensée – nos Columérins ont pu compter sur leur défense, hermétique, reflet d’un bel état d’esprit. Elle a privé les Aurillacois du moindre espoir d’approcher la zone de marque.

Nous n’en sommes qu’au début de ce marathon qu’est la Pro D2, mais savourons néanmoins une première place, partagée avec Mont-de-Marsan et Bayonne, avant de se rendre à Rouen ce vendredi. Puis il y aura la réception de Montauban pour conclure un bloc initial de cinq matchs. Ce sera l’heure d’un premier bilan. Mais, attention, une pierre après l’autre. Pour espérer bâtir un édifice le plus solide possible.

 

Jean-Paul Pronzato

Vous aimeriez peut-être également…

A la vôtre.

A la vôtre.

Champion « ad honores » en 2020 d’une Pro D2 stoppée après vingt-trois journées, cinquième en 2021 (76 points), sixième en 2022 (78 points), Colomiers tient son rang et sa deuxième qualification consécutive en phase finale d’un championnat passionnant ne doit rien au...

Frissons et émotions

Frissons et émotions

Objectif atteint ! Vainqueurs des Agenais 21 à 16 jeudi soir, les Columérins, présents sans discontinuer dans le « top 6 » depuis la première journée, bouclent la saison régulière au sixième rang, validant leur qualification en « play off » pour la deuxième année...

L’envie

L’envie

Inimaginable : la correction reçue par les Columérins, balayés 34 à 13 vendredi soir à Bourg-en-Bresse. Inimaginable : la performance des Aixois, victorieux 20 à 16 à Oyonnax. Mais cela fait partie du « charme » du sport. Que dire du drame qui s’est joué dans la nuit...

Partagez cet article

Partagez cet article avec votre entourage !