Logo du club de rugby Colomiers Rugby

La chronique du match par JPP

12 Avr, 2024

« Im-pack-tés »

 

Brive possède sans doute le pack le plus lourdement armé de la Pro D2. Tout le monde le sait. Et comme le rugby commence devant, l’épreuve de force est un atout majeur. Colomiers en a fait les frais jeudi soir lors d’une rencontre d’un très bon niveau conclue par la victoire des locaux, 35 à 23. Un score sévère au vu de la physionomie des débats avec une possession à l’avantage des visiteurs.

 

Les trois essais brivistes (Ferté, Moriarty, de pénalité) de la première mi-temps ont trouvé leur source dans la puissance. Des charges dévastatrices ont ébranlé l’édifice adverse. Mais, au cours de cette période, les Columérins, certes « im-pack-tés », n’ont pas fait que subir. Bien au contraire. Jouant crânement leur chance, ils ont proposé de jolis mouvements offensifs comme celui amenant leur premier essai signé Rodrigo Marta, auteur d’un coup de rein impressionnant, et leur courte avance au repos (20-19) après un second essai, de pénalité celui-là, n’avait rien d’usurpé.

 

Que leur est-il alors arrivé ? Au jeu séduisant du premier acte, ils ont opposé un rugby plus brouillon en se montrant incapables de gérer une triple supériorité numérique à la reprise. À 15 contre 12 pendant sept minutes ! Leur  gestion des événements s’est avérée  catastrophique. Comme un orchestre dont le chef aurait perdu sa baguette.

 

En face, les « Coujous » ont fait preuve de malice pour faire tourner l’horloge. Puis  l’exclusion de Ray Nu’u, l’un des meilleurs sur la pelouse, a compliqué la tâche des visiteurs. Son plaquage était-il plus dangereux que le coup de coude Ross Moriarty (carton jaune) en première mi-temps ? La vidéo a longuement été étudiée. Ce fut l’autre tournant  d’un match par ailleurs bien dirigé par Evan Urruzmendi.

 

À ce moment-là, Colomiers menait d’un point. Tout restait possible. Les Brivistes n’ont été soulagés que dans les dernières minutes après leur quatrième essai inscrit au bout d’un contre assassin par le puissant (!) centre Taniela Sadrugu alors que, sur l’action, les Columérins étaient à… treize, Valentin Saurs se faisant soigner au centre du terrain.

 

Bien sûr, nos Columérins peuvent nourrir des regrets. Et si, et si, et si… Avec des si on mettrait Paris en bouteille. Et si le babouin pouvait voir son derrière, il rirait. Et si ma tante… Non, pas celle-là.

 

Au classement, Colomiers (60 points) laisse passer Brive (62) et perd sa septième place en attendant les résultats du lendemain. Les hommes de la Colombe ne sont pas maîtres de leur destin pour la qualif’. Il ne leur reste que quatre matchs avec deux déplacements délicats (Nevers, vendredi prochain, et Grenoble) alors qu’ils ne sont pas bons à l’export (une victoire en treize sorties). Leur mission s’annonce plus que difficile. Mais tant qu’il y a de la vie…

 

*Le Columérin du match : Rodrigo MARTA

Jean-Paul Pronzato 

Vous aimeriez peut-être également…

Ici.. Le rugby bat plus fort !

Ici.. Le rugby bat plus fort !

Colomiers Rugby est fier de vous révéler son nouveau slogan. Parce que vous le savez mieux que personne, ici, à Colomiers Rugby, on est pas comme les autres, et on en est fier. Nous vous invitons à visionner le film ci-dessous, qui, nous en sommes sûrs, fera raisonner...

La chronique de la saison par JPP

La chronique de la saison par JPP

Des chiffres, des êtres et des regrets   Dixième ! Avec un total de 64 points pour treize victoires, un nul et seize défaites, Colomiers a bouclé son parcours au dixième rang. Loin de l’objectif annoncé : le « top 6 » et donc la qualification en phase finale...

La chronique du match par JPP

La chronique du match par JPP

La fête douchée   « Voilà, c’est fini. » Ce titre de Jean-Louis Aubert hante peut-être les esprits des déçus. Les optimistes se disent que « Ça ira mieux demain », comme le chantait Annie Cordy. Les fatalistes fredonnent « C’est comme ça » avec les Rita Mitsouko....

Partagez cet article

Partagez cet article avec votre entourage !