Logo du club de rugby Colomiers Rugby

Interview – Valentin Saurs

4 Avr, 2024

Notre ailier est arrivé à Colomiers Rugby en 2021 en provenance d’Agen en Top14. Depuis, Valentin Saurs fait partie des cadres du groupe columérin avec 58 matchs dont 54 titularisations pour 15 essais inscrits. Il sera titulaire pour une deuxième fois consécutive à l’arrière après Vannes ce vendredi soir face à Agen. Notre Columérin de 29 ans revient sur ces derniers mois compliqués avec les blessures et se projette dans cette dernière ligne droite pour la qualification. 

 

Après des mois compliqués, tu enchaînes demain soir à l’arrière. Quel est ton ressenti sur cette continuité à ce poste ?

Je suis heureux de pouvoir enchaîner à l’arrière sur ces deux matchs. C’est un poste que je connaissais par le passé. Après, arrière ou ailier, je veux juste jouer. Et pour revenir sur ces blessures, il y a des saisons parfois où on n’arrive pas à tout contrôler. J’ai mis toutes les chances de mon côté à chaque fois mais ça ne m’a pas souri.

 

Sur ces périodes de blessures, est-ce que tu as travaillé sur des éléments précis pour avancer ? 

Blessure ou pas blessure, je suis toujours motivé à performer. Et sur ces périodes, cela a été un élément moteur pour revenir plus fort. Mentalement c’est compliqué, mais cela n’a jamais été un frein.

 

Cette saison, trois nouveaux ailiers sont arrivés avec Martin Dulon, Vincent Pinto et Rodrigo Marta. Comment se passe le travail au quotidien à votre poste ? 

Je suis content pour l’effectif. Ils apportent une réelle plus-value au groupe. Pour moi, une équipe est performante quand il y a une émulation et cela passe par de la concurrence. Tout le monde se pousse pour donner le meilleur et je trouve ça très bien !

 

On revient un petit peu sur la rencontre à Vannes. Au coup de sifflet final, est-ce qu’il y avait la satisfaction du contenu et de ce point pris chez le leader ou des regrets après cette fin de match à suspense ?

C’est très mitigé. On démarre bien le match et derrière il y a ce trou d’air. Mais on réagit bien pour revenir au score et on voit qu’avec la dernière possession, nous pouvions faire quelque chose. On aurait pu aller gagner là-bas mais comme depuis le début de saison, il y a cette indiscipline et face à une équipe comme Vannes, ça ne pardonne pas. Mais il faut retenir notre état d’esprit de cette rencontre !

 

Pour cette fin de saison, vous allez pratiquement jouer que des concurrents directs pour la phase finale. Comment on se prépare à cette dernière ligne droite ?

Chaque rencontre va être comme des phases finales en affrontant Agen, Brive ou encore Nevers. Au-delà d’être des matchs à fort enjeu, nous savons que le moindre faux pas va nous éloigner de la qualification. Nous devons déjà battre Agen à la maison demain soir, chose qui ne sera pas facile.

 

Tu connais très bien ce club d’Agen. Comment analyses-tu cette équipe cette saison ?

Je connais un petit peu l’équipe. C’est une formation qui a été toujours pénible à battre. Elle est un petit peu comme nous, capable du meilleur comme du pire, et de gagner n’importe quelle équipe. Il faudra être vigilant car elle est assez complète et dangereuse. Nous devons nous méfier.

Vous aimeriez peut-être également…

Ici.. Le rugby bat plus fort !

Ici.. Le rugby bat plus fort !

Colomiers Rugby est fier de vous révéler son nouveau slogan. Parce que vous le savez mieux que personne, ici, à Colomiers Rugby, on est pas comme les autres, et on en est fier. Nous vous invitons à visionner le film ci-dessous, qui, nous en sommes sûrs, fera raisonner...

La chronique de la saison par JPP

La chronique de la saison par JPP

Des chiffres, des êtres et des regrets   Dixième ! Avec un total de 64 points pour treize victoires, un nul et seize défaites, Colomiers a bouclé son parcours au dixième rang. Loin de l’objectif annoncé : le « top 6 » et donc la qualification en phase finale...

La chronique du match par JPP

La chronique du match par JPP

La fête douchée   « Voilà, c’est fini. » Ce titre de Jean-Louis Aubert hante peut-être les esprits des déçus. Les optimistes se disent que « Ça ira mieux demain », comme le chantait Annie Cordy. Les fatalistes fredonnent « C’est comme ça » avec les Rita Mitsouko....

Partagez cet article

Partagez cet article avec votre entourage !