Valentin Saurs : "J'ai découvert un groupe qui vit bien au quotidien"



Jeudi 29 Avril 2021

Alors qu’il ne devait arriver à Colomiers que la saison prochaine, Valentin Saurs a vu son transfert être anticipé suite à de nombreuses absences dans nos lignes arrières. Transfert express, intégration au groupe, ses premiers matchs, nous faisons le point avec lui ! 

Lorsque tu as appris l’intérêt du club à ton égard, quelle a été ta première réaction ?

Cela fait toujours plaisir quand un club s’intéresse à toi ! Donc ma première réaction, elle était simple : j’étais content ! Par la suite, je me suis bien renseigné sur le club parce que je connaissais certaines personnes ici, et je n’ai eu que des avis positifs, donc ça m’a conforté dans mon choix ! 

Arrivé plus tôt que prévu, comment ce changement de club s’est passé pour toi ?

Oui, tout s’est fait extrêmement vite ! En terme d’émotions, tout s’est un peu mélangé dans ma tête. En effet, j’étais avant tout très excité de démarrer ce nouveau challenge, mais j’avais aussi de l’appréhension parce qu’après onze années à Agen, changer de club était spécial pour moi. C’était un sentiment étrange, d’autant plus quand cela se fait en cours de saison, c’est totalement différent. Et puis, je n’avais pas non plus envie de laisser tomber Agen. Que ce soit les joueurs ou le staff, surtout au vu de la saison que nous faisions, où on se devait d’être solidaire. Donc ce fut vraiment difficile de prendre cette décision. 

Tu es arrivé en tant que joker médical après que la saison ait été fortement entamée. Ton intégration au reste du groupe s’est bien passée ?

Oui, ça s’est bien passé ! Comme je le disais, c’est toujours particulier un transfert en plein milieu d’une saison, mais ce qui m’a rassuré, c’est que je connaissais des joueurs, comme Jules, qui m’ont permis de m’intégrer rapidement. J’ai découvert un très bon groupe qui vit bien au quotidien, et tout le monde m’a mis directement à l’aise donc tout s’est passé pour le mieux ! 

Tu as inscrit tes premiers essais avec un doublé sous le maillot Columérin face à Provence Rugby. Quel a été ton sentiment à ce moment-là ?

Un soulagement, vraiment ! Cela faisait plus d’un an que je n’avais pas gagné un match et rien que d’avoir gagné à Oyonnax pour mon premier match, c’était particulier, et surtout, ça redonne le moral. Enchaîner avec une seconde victoire contre Provence, c’était ce que je pouvais imaginer de mieux, parce que gagner de nouveau m’a réellement fait du bien à la tête. Et le fait d’avoir pu marquer était vraiment la cerise sur le gâteau !

As-tu un dernier mot à dire aux supporters du club, qui malheureusement, ne peuvent venir au stade soutenir l’équipe dans cette dernière ligne droite de la phase régulière ?

Cette période de Covid est longue et dure pour tout le monde ! J’espère que l’on ira le plus loin possible et que les supporters pourront vite revenir au stade pour que l’on puisse, je l’espère, fêter quelque chose de beau en fin de saison !

Nos partenaires