Les News

RETOUR SUR COLOMIERS vs NARBONNE Lundi 02 Décembre 2013
«Une grande équipe de Colomiers a battu une grande équipe de Narbonne au terme d’un match abouti.» (Philippe Filiatre)

Avenisi VASUINUBU, auteur du 2e essai columérin
Samedi soir, Fabrice Culinat, le demi de mêlée, et David Skrela, l’ouvreur, ont grandement contribué au succès des Columérins sur les Narbonnais (32-16). Le premier va fêter ses 35 ans dans dix-neuf jours, le second le 2 mars prochain. Mais, bien huilée, cette charnière a de beaux restes. «Oui, mais elle grince dans la semaine», lâche en riant Benjamin Rioux, la main droite bandée (il reviendra après la trêve), mais toujours prompt à chambrer.



«Nous sortions de deux matchs sans ramener de points après avoir craqué en deuxième mi-temps et nous étions énervés par ces résultats, avoue Fabrice Culinat. Nous avons remis les choses dans l’ordre. Après une bonne première période contre le vent, nous savions que ça allait bien se passer, même s’ils nous ont fait un peu peur avec leur essai. Mais le deuxième que nous marquons nous a libérés.»



Alors qu’Olivier Baragnon, l’un de leurs anciens entraîneurs, vient rendre visite aux Columérins, David Skrela complète les propos de son frère d’armes : «Je retiens l’investissement des mecs pendant quatre-vingts minutes. Il n’y a pas eu le moindre relâchement. Ce fut vraiment un match intéressant», poursuit le buteur qui a dû composer avec un vent soufflant parfois de manière bizarre, comme souvent à Bendichou : «Il m’a un peu gêné sur la première tentative (son seul échec, N.D.L.R.), mais j’ai su m’adapter (rires).» David connaît bien la maison…



À ses côtés, Guillaume Bortolaso souffle, éprouvé par le combat : «Ça se joue sur pas grand-chose. Ils étaient solides sur les largeurs. Nous les avons obligés à se resserrer. Quand nous les avons fixés, nous avons pu envoyer du jeu.»



Et le staff ? «Une grande équipe de
 Colomiers a battu une grande équipe de Narbonne au terme d’un match abouti.» Philippe Filiatre est heureux : «Nous nous étions concentrés sur notre capacité à réussir l’entame et, surtout, à poursuivre sur la lancée. Il n’y a pas eu de rupture entre la première et la deuxième mi-temps. C’est une équation que nous n’avions pas su résoudre jusqu’alors.»

«Nous étions quand même sous pression avec deux défaites et nous devions arrêter cette ’’spirale’’. Les joueurs ont répondu présents», explique de son côté, Bernard Goutta. Avant d’enchaîner : «Nous avons maîtrisé ce match de bout en bout, défensivement comme offensivement, même si nous avons encore péché dans la finition. Mais il n’y a rien à reprocher aux gars sur l’engagement, l’investissement.»

À confirmer dimanche prochain à Bourg-en-Bresse.

ladepeche.fr









photos : Gilles Cadario et Jean-Louis Mével


Consulter les news récentes | Consulter les archives