Les News

ANTOINE BOURDIN : "ON A PAS EU NOTRE RENDEMENT HABITUEL" Mardi 16 Avril 2013
Le deuxième-ligne Antoine Bourdin revient sur la défaite à Béziers samedi, mais aussi sur son retour à la compétition après sa blessure.

Peut-on considérer que la défaite contre Béziers (23-9) samedi constitue un coup d’arrêt pour vous ?

 

Non, pas complétement. On réalise une bonne première mi-temps, ou on rivalise dans l’intensité avec une équipe qui est à la lutte pour son maintien. Béziers a une grosse conquête et une grosse mêlée, et on a su répondre présent. Défensivement on était en place également. On arrive à être en tête à la mi-temps (9-8).
Mais il est vrai que cela faisait longtemps que l’on n’avait pas pris de point lors d’une rencontre (depuis le match contre Tarbes le 8 décembre NDLR).

 

Comment expliques-tu le fait que vous n’ayez marqué aucun point en seconde période ?

                                               

En seconde mi-temps on s’est relâché. Les deux essais encaissés en trois minutes (50e, 53e) nous ont assommés. Ensuite on n’a pas été capable de réagir et on a perdu en sérénité. On a été moins rigoureux et un peu désorganisé. On n’a pas eu notre rendement habituel, on n’a pas mis les points aux pieds et on a manqué de réalisme. Par exemple Pierre Belzunce arrive à percer en seconde mi-temps. Mais on n’arrive pas à enchaîner derrière. Alors est-ce dû à la fatigue ou à un manque de concentration, je ne sais pas.

 

Il s’agira maintenant de réagir face à Carcassonne…

 

Réagir je ne sais pas. Mais Carcassonne est une équipe qui nous ressemble. Ce n’est plus possible pour elle de se qualifier pour les demi-finales, mais elle a déjà assuré son maintien. A nous de gagner à domicile, pour faire plaisir à tout le monde.

 

A titre personnel, tu as fait ton retour dans le groupe lors de la rencontre contre Brive. Comment te sens-tu ?

 

Petit à petit ça revient. Il a fallu me refaire une condition physique. David Gouze (le préparateur physique NDLR) a cravaché pour me remettre à un niveau acceptable. Je ne suis pas encore à 100%, mais personne ne l’est. C’est la fin de la saison et tous les organismes sont usés. Les matchs sont rudes, durs. Mais il reste trois rencontres encore à disputer, il faut assurer jusqu’au bout.



Consulter les news récentes | Consulter les archives