INTERVIEW : ALDRIC LESCURE



Mercredi 13 Janvier 2021

Il est arrivé à l'intersaison pour venir garnir les rangs de Colomiers Rugby. Un renfort de poids pour notre groupe avec près de 87 matchs en ProD2 en quatre saisons sous les couleurs de Soyaux-Angoulême. Notre troisième-ligne parle de son adaptation et de son début de saison au sein du club. 


D'abord, est-ce que tu peux nous parler de ton intégration ? 

Je connaissais peu de monde, voire personne, hormis Anthony (Coletta). J'étais sur Angoulême depuis un moment. Mais c'est un groupe assez ouvert donc c'était plus facile, et deux fois plus facile en arrivant avec Anthony. 

Comment juges-tu tes cinq premiers mois avec Colomiers Rugby sur le plan personnel ? 

Je suis très content d'être dans ce club aujourd'hui. L'année dernière a été difficile pour moi. En venant à Colomiers, j'ai retrouvé le même état d'esprit que je connaissais auparavant avec une bande de copains.

Mon objectif était dans un premier temps de retrouver le goût et l'envie de jouer au rugby. Je prends beaucoup de plaisir sur le terrain depuis mon arrivée. Dans cette équipe, ils sont toujours dans le combat et ils ne lâchent jamais rien. J'aime cette façon de penser. C'est ma mentalité personnelle.

Justement, d'un point de vue collectif, le bilan est positif pour le moment en ce début de saison ? 

C'est positif. Nous avions des matchs importants dans cette phase aller en recevant de grosses équipes à domicile. Malheureusement, on perd contre Vannes. Mais dans cette première partie de saison et avant la reprise en 2021, il était important d'assurer et de gagner ces matchs pour engranger un maximum de points. 

Pour le moment, qu'est-ce que tu penses avoir apporté à cette équipe ? 

J'essaye de toujours faire de mon mieux et de tout donner sur le terrain. Je ne suis pas forcément le type de joueur qui va toucher beaucoup de ballons. Je vais plutôt faire du travail pour l'équipe, peut-être un peu plus dans l'ombre. Je tente d'apporter aussi sur la touche car c'est un secteur que j'apprécie beaucoup. Je souhaite toujours amener du positif à mes coéquipiers. 

Est-ce qu'il te tarde de véritablement rencontrer les supporters de Michel-Bendichou ?

Oui bien sûr ! Quand je suis arrivé, il y a d'abord eu la jauge partielle et après le huis clos a été imposé très rapidement. On souhaite tous le retour des supporters, et moi le premier. Sur la pelouse, en tant que joueur, on ressent un vide tout de même. 

Est-ce qu'on s'habitue à ce huis clos ? 

On a été obligé de s'y habituer au final. Forcément il y aura un effet positif pour nous à leur retour.

Nous recevons Carcassonne ce jeudi soir. Est-ce que la rencontre est déjà dans les têtes au soir de la défaite face à Vannes ? 

On doit rectifier le tir et tout le groupe veut se rattraper du match de la semaine dernière. Nous devons être meilleurs sur la mêlée et la touche, ou encore sur les ballons portés où nous avons été défaillants. Dès ce lundi à l'entraînement, nous avons travaillé en opposition. Nous savons que Carcassonne joue sur une grosse conquête. Si on veut gagner cette rencontre, c'est à nous de répondre présents jeudi soir. Nous ne pouvons pas perdre deux fois d'affilée à domicile. 

Ce mois de janvier, est-il selon toi décisif, avec le déplacement à Perpignan ou encore la réception de Biarritz ? 

Oui, parce qu'on va enchaîner un bloc de neuf ou dix matchs, si tout va bien en ayant aucune rencontre reportée. Ce début de deuxième phase va être important pour nous. Le plus dur est à venir. 

Nos partenaires