INTERVIEW : THOMAS GIRARD



Mardi 24 Novembre 2020

Arrivé en 2018 à Colomiers Rugby, notre arrière Thomas Girard s'est peu à peu hissé parmi les joueurs cadres de l'équipe. Il répond à nos questions.

Le championnat est bien lancé malgré la crise sanitaire, quel est ton ressenti sur ce début de saison ?

Mon ressenti, et c’est pareil pour tous les joueurs de rugby, c’est qu’on est content de continuer à jouer malgré le contexte. En ce qui nous concerne, le Covid a changé notre organisation, avec des semaines réduites et des conditions de travail spéciales. Pas mal de nos jeunes se sont entrainés avec nous pour renforcer l'effectif pendant les entrainements. Ce ne sont pas des conditions auxquelles on est habitué, mais par contre on est tous conscient de la chance qu’on a de pouvoir encore exercer notre métier. Et puis on essaie de faire au maximum plaisir aux gens quand on joue, on pense beaucoup à eux quand on est sur le terrain.

La semaine de préparation entre les deux matchs est courte avec le match contre Nevers dès jeudi, comment gérez-vous ça pour que votre préparation soit la meilleure ?

On a dû faire rapidement les constats du match de samedi et voir quels enseignements nous pouvons en tirer, parce que c'était un match de haut niveau, et qu'il y a forcément des choses à retenir. C’est ce qu’on a fait lundi, additionné à de la récupération physique. Ensuite on s'est vite projeté sur la réception de Nevers, parce que le match le plus important c'est celui qui vient. Et même si on a pas gagné samedi, c’est primordial de rester dans une bonne dynamique pour bien aborder la rencontre de jeudi, avec pour objectif la victoire.

Quel est l'état d'esprit de l'équipe ?

On est dans un état d’esprit positif. Le match contre Oyonnax est fini, donc maintenant on se concentre sur Nevers. Par ailleurs l’équipe est de nouveau au complet, c’est plus facile pour s’entrainer, et pour ceux qui vont rentrer dans le groupe jeudi, il y en aura forcément vu qu’on a très peu de temps de récupération entre ces deux matchs, c'est très motivant. Le match de jeudi est un nouveau challenge.

Tu es devenu un des cadres de cette équipe, comment le vis-tu ?

J’en suis content ! Je suis arrivé il y a deux ans dans ce club. Je venais de Massy où j’ai passé neuf saisons, et où je faisais aussi partie des joueurs cadres. Mais en arrivant dans un nouveau club, rien n'est établi, il faut faire ses preuves.

Je suis content surtout d’avoir beaucoup de temps de jeu. J'ai aujourd'hui 29 ans, et j’essaie de faire profiter de mon expérience aux plus jeunes. Puis surtout j’essaie de tout donner pour rester au niveau, parce qu’il y a de la concurrence. Cependant, cette concurrence est saine, tout en nous permettant d’élever nos niveaux mutuels. En début de saison, Alexis Palisson est arrivé dans l’équipe, et Thomas Larregain a réalisé de belles performances. Tout le monde se tire vers le haut et le poste d'arrière titulaire n’appartient à personne. Je suis content de jouer la majorité des matchs parce que je sais très bien que si je ne suis pas bon je serai remplacé. Et ça me motive pour rester au niveau.

Les matchs sans public changent ton ressenti sur le terrain ? Comment l’équipe et toi vous le vivez ?

On ne s’est pas préparé spécifiquement pour ces matchs à huis clos, mais ça change sur plusieurs points : premièrement, je dirais que la différence entre jouer à l’extérieur et jouer à  domicile s'amenuise, puisqu’il n’y a pas le soutien du public pour pousser les joueurs.
Ensuite, ça modifie aussi la relation avec l’arbitre : sans public, on entend tout ! On peut forcément moins se parler que lorsqu’il y a du bruit. En plus, ce samedi avec les caméras de Canal + on a fait plus attention : il y a un peu moins de blagues, moins de taquineries sur le terrain... Mais bon, il y a quand même toujours de la place pour ça !

Nos partenaires