INTERVIEW : VICTOR DELMAS



Jeudi 22 Octobre 2020

Arrivé à Colomiers en 2011 et malgré une courte parenthèse à Bath et Biarritz, Victor Delmas est un visage fort de la Colombe. Toujours disponible et montrant un bon état d’esprit sur, et en dehors du terrain, notre pilier a accepté de répondre à nos questions pour le site du club. 
 
En 2018, tu es parti de Colomiers pour Bath, avant de revenir en France à Biarritz, puis tu as finalement fait ton retour à Colomiers. Pourquoi ce choix de revenir ici ?  
 
"L’élément déclencheur a été la blessure de Damien Weber au tendon d’Achille en novembre 2019. C’est à cause de cela que le club m’a appelé pour revenir. Pourquoi j’ai fait le choix de revenir ici ? Honnêtement, c’est l’occasion qui s’est présentée. Le jour ou Damien s’est blessé, je regardais le match à la télé chez moi. À ce moment-là, j’étais sous contrat à Biarritz, donc je ne me suis pas dit "il s’est blessé, j’ai l’opportunité de revenir !". Le club a vite réagi concernant la blessure de Damien, car il leur fallait un remplaçant. J’ai reçu rapidement une offre du club pour venir en tant que joker médical. Parallèlement, j’avais discuté avec certains joueurs par messages de cet éventuel retour. À l’origine, je ne pensais vraiment pas que cela allait se faire, mais tout s’est réglé en dix jours, ça a été très rapide ! Puis, je ne jouais pas du tout à Biarritz, donc le choix a été simple pour moi. Je suis reconnaissant envers le groupe, le staff, et le président de m’avoir fait revenir à Colomiers ! Aujourd’hui ça se passe très bien, et je ne regrette pas ma décision !" 
 
Quelles différences rugbystiques as-tu remarquées entre l’Angleterre et la France ?  
 
"En Angleterre, j’étais dans une division supérieure à ici. Il y avait plus de qualités intrinsèques chez les joueurs, il y avait des internationaux, et le niveau du championnat ainsi que de l’équipe était un cran au-dessus. La seconde chose que j’ai retenue, c’est que le fonctionnement du club était différent : c’était davantage structuré, les séances étaient plus précises. Malgré tout, depuis que je suis revenu en Pro D2, je trouve que l’on est en train de tendre vers cela. Le niveau des entraînements, ou même du championnat au sens large, est vraiment en train de se rapprocher du haut niveau. Le staff ici fait un très bon travail ! Il y a toujours cette volonté de faire évoluer les choses, donc c’est vraiment positif !" 
 
La frustration de ne pas avoir terminé la saison dernière peut-elle influencer les résultats cette saison ?
 
"Ce qui s’est passé a été très dur à encaisser. Même si on ne sait pas ce qui se serait passé, on aurait certainement terminé dans les deux premiers et on aurait été demi-finaliste. Sur le début de saison, oui, il y a peut-être eu un peu de rancœur, mais j’ai l’impression que la page se tourne petit à petit. Nos regards sont désormais tournés vers l’avant !" 

L’équipe reste sur 4 victoires consécutives, dont une large victoire face à Soyaux Angoulême. Comment sens-tu l’état d’esprit du vestiaire ?  
 
"Je pense qu’il y a de la sérénité. Ce bon début de saison nous a permis d’évacuer la fin de saison frustrante de l’an dernier. Il y avait un peu de craintes de repartir à zéro après avoir fait une très belle saison sans qu’elle soit allée à son terme. Ces deux victoires à l’extérieur nous ont remis dans une bonne dynamique. Oui, on a réalisé une grosse prestation contre Soyaux Angoulême, mais il faut quand même garder les pieds sur terre, car on a des matchs importants qui arrivent. Cependant, je pense que cela nous a fait du bien d’aller chercher de bons résultats. Tout le groupe se sent concerné, et ça, c’est vraiment une bonne chose. Le vestiaire est serein, tout en étant humble et travailleur !" 

Est-ce qu’au sein du vestiaire vous vous dites parfois que Colomiers est une équipe qui peut faire partie des leaders du championnat ? 

"Je n’ai pas l’impression que l’on ait ce statut. Contrairement à des clubs comme Oyonnax, Perpignan, Grenoble qui jouent ces rôles depuis un moment maintenant, nous, on est là depuis moins longtemps. Maintenant, je pense que oui, nos adversaires nous prennent au sérieux, car cela fait maintenant quelques mois que l’on a de bons résultats. Il ne faut pas oublier qu’il y a peu, on était la petite équipe du milieu de tableau qui s’accrochait pour ne pas jouer la descente. On prend les matchs les uns après les autres, avec pour seul et unique objectif la victoire. Cependant, on reste très concentré et on ne s’enflamme pas pour autant. Il faut continuer à travailler et à regarder devant pour emmener le club le plus haut possible !"

Nos partenaires