LA CHRONIQUE DE JPP #4



Mardi 29 Septembre 2020

À L'EAU LA VICTOIRE.

Les Columérins ont retrouvé samedi soir le stade Michel-Bendichou qui sonnait creux, jauge à 1000 spectateurs oblige, en accueillant Mont-de-Marsan à l’occasion de la quatrième journée de Pro D2 pour leur troisième match de la saison. La dernière fois, c’était le 6 mars, sous une pluie glaciale et soutenue. Déjà. Samedi, l’hiver avait décidé de venir marquer son territoire, qu’il ne défendra sans doute pas tout le temps, quelques jours après l’arrivée officielle de l’automne, histoire peut-être de rappeler qu’on lui accorde le grade de général, quand il vient de Russie.

Le terrain était donc lourd. Pas l’idéal pour la cavalerie légère. Dans ces conditions, il était difficile, malgré de louables intentions de part et d’autre, de proposer un rugby pétillant. Pas de champagne, mais à l’eau, sans modération.

La victoire columérine, 22 à 17, n’en est que plus méritoire face à de coriaces landais qui ont vendu très chèrement leur peau en défendant intelligemment. Ils sont repartis avec un point de bonus mérité mais ils doivent cependant nourrir de gros regrets.

Le plus souvent empruntés, avec un jeu au pied (c’était soir de quilles) rarement efficient, les gars de la Colombe, moins sanctionnés que lors de leurs deux précédentes sorties (aucun carton cette fois !) mais accumulant les pertes de balles, ont éprouvé les pires difficultés pour faire sauter le verrou adverse. Ils y sont parvenus en s’appuyant notamment sur leur mêlée.

La copie rendue est brouillonne, mais une fois de plus leur caractère a permis aux Columérins de s’accrocher dans les moments les plus pénibles avant d’arracher la décision. « La victoire ne favorise que les braves » (Juan de Mariana, historien espagnol). Et l’essentiel, c’est bien cette victoire, elle seule est belle.

Les hommes de Julien Sarraute et Fabien Berneau vont bénéficier d’une semaine allégée avant d’attaquer, le 9 octobre à Aix-en-Provence, une série de onze matchs consécutifs, si la Covid ne s’en mêle pas. Car la réception de Rouen, reportée le 11 septembre, a été reprogrammée mi-novembre entre deux blocs de cinq. Forts d’un deuxième succès après celui ramené d’Aurillac, les Columérins pourront se préparer sereinement. Et après la pluie vient le beau temps…

Nos partenaires