INTERVIEW : JULES SOULAN



Mercredi 23 Septembre 2020

À trois jours du premier match à domicile, Jules Soulan est revenu sur la première victoire de la saison, et a abordé la rencontre face à Mont-de-Marsan qui se déroulera dans un contexte particulier. Pour le site du club, notre demi d’ouverture a répondu à nos questions. Interview. 

Le championnat a repris depuis près d’un mois. Une défaite, un match reporté, puis une victoire. Tu sens que l’équipe monte en puissance ?

"Je ne sais pas si on peut dire que l’on monte en puissance, car notre rythme de compétition est saccadé. On remporte nos deux matchs amicaux, on perd notre première rencontre de championnat, où notre jeu est vraiment moyen. Ensuite, on voulait rebondir contre Rouen à la maison, mais ça a été reporté au dernier moment. On se déplace à Aurillac, on réalise certaines phases de jeu intéressantes, mais parfois on se met en difficulté tout seul. Donc oui, on monte en puissance, mais c’est encore trop tôt pour dire que l’on est sur une dynamique."

La victoire à Aurillac à du faire du bien dans les têtes …

"Oui bien sûr que ce second match fait du bien dans les têtes. La défaite à Romans a été une véritable claque : on était pris dans l’engagement, on a pris beaucoup de cartons. Après, on retient aussi cette seconde période où l’on revient fort dans le match, mais nos petites erreurs font que l’on perd le match. Le match reporté face à Rouen nous fait un peu plus gamberger, et on doit se déplacer à Aurillac avec l’obligation d’un résultat. On a très bien réagi là-bas, ça nous a fait du bien aux têtes."

Sur les cinq dernières minutes, l’équipe a bien défendu pour tenir le résultat. Tu nous racontes cette fin de match ?

"Elle est à l’image de notre groupe : solidaire avec l’envie de se battre jusqu’au bout. On se met tout seul en difficulté : à 12 contre 15 on encaisse aucun point contre nous, on résiste, et quand on revient à 15 contre 15, on se met à faire des erreurs sur des sorties, sur des touches... Ça nous met un peu dedans, on reste chez nous, et Aurillac marque un essai à trois minutes de la sirène. Ils sont chez eux, ils jouent pleinement leur chance, et nous, je pense que l’on est moyen sur le plan tactique parce que notre rideau n’est pas assez dense, on s’expose à des contre-attaques. Ils reviennent devant notre en-but, on prend un carton jaune, mais à la fin, c’est notre état d’esprit qui prime ! Au final, on défend sur nos cinq mètres, on récupère le ballon sur un contre-ruck et on gagne le match !"

Après les mesures annoncées par le Préfet de Haute-Garonne, il n’y aura que 1000 personnes samedi. Le manque de supporters dans les tribunes peut-il influencer le résultat selon toi ?

"Oui, c’est évident, car c’est plus facile quand tu as ton public en nombre qui t’encourage. Si l’équipe est en difficulté, tes supporters sont ton supplément d’âme. Ils peuvent te permettre de renverser une rencontre. Quand tu es à l’extérieur, c’est toujours plus difficile de faire un résultat quand le public soutient son équipe. Aujourd’hui, on est contraint de jouer devant 1000 personnes, mais ceux qui ne seront pas la seront devant leur écran. Lorsqu’ils pourront revenir au stade j’espère que l’on partagera des moments comme ça a été le cas l’année dernière. Mais pour cela, c’est impératif que l’on soit en haut du tableau. On va faire le maximum pour que les supporters soient fiers de nous !"

Nos partenaires