LA CHRONIQUE DE JPP - ACTE 22



Mardi 28 Janvier 2020

AVEC LEURS MEILLEURS VIEUX.

Dans «  Les Vieux de la vieille », film réalisé en 1960 par Gilles Grangier, Pierre Fresnay, Jean Gabin et Noël-Noël, trois papys farceurs, ne goûtaient guère la vie de l’hospice où ils pensaient pouvoir couler de vieux jours heureux. Ils s‘offraient alors une escapade villageoise, l’espièglerie en bandoulière, comme des potaches un jour d’école buissonnière, prêts à semer une sympathique perturbation. Colomiers a ses « Papy Boy’s », ses anciens, bénévoles, toujours au service de la Colombe, et deux « papys » encore bien fringants sur les pelouses lorsqu’ils en défendent le maillot. Vendredi, pour la venue de Vannes, les piliers Agustin Costa Repetto, 37 printemps enregistrés au cœur de l’hiver,  et Beka Sheklashvili, qui est dans sa 34e année, étaient les acteurs les plus âgés du match. Tous deux ont étalé leur savoir-faire en mêlée, mettant au supplice leurs vis-à-vis. En outre, toniques à souhait, ils n’ont manqué aucune occasion de plaquer goulûment et de faire avancer leur équipe. L’Argentin et le Géorgien, forts de leur expérience et de leur état d’esprit, ont montré l’exemple à leurs plus jeunes coéquipiers qui, à l’image de Gaëtan Barlot ou Bastien Vergnes entre autres, ont marché dans leurs sillons.

Évidemment, la victoire (23-7), la septième consécutive (!), ne se résume pas à la performance de quelques joueurs. Une fois encore, c’est un collectif frappé du sceau de la solidarité qu’il convient de mettre en exergue. « Chacun est l’ombre de tous », disait Paul Eluard. Cette solidarité s’est notamment exprimée lorsqu’il s’est agi de poser les barbelés en défense. Les Vannetais se sont cassé les dents, ne parvenant à marquer qu’à l’ultime minute.

La punition aurait pu être plus sévère pour les Bretons. Car les Columérins, disciplinés dans l’ensemble (8 pénalités) malgré un nouveau carton jaune (Maurino, d’entrée), ont perdu dix-huit ballons, la plupart sur des en-avants annihilant des actions bien amorcées. Un excès de générosité dans le jeu ne peut tout excuser. Mais il ne faut surtout pas blâmer la quête du spectacle et du plaisir.

Nous  pouvons malheureusement déplorer une nouvelle blessure sérieuse, celle de Paul Pimienta aux ischios-jambiers dès la cinquième minute. Le voilà à l’infirmerie pour au moins six semaines.

À l’issue de la dix-huitième journée, Colomiers reste sur le podium de la Pro D2, grimpant même à la deuxième place après avoir repoussé son adversaire, aujourd’hui septième, à quinze longueurs. Très intéressant dans l’optique d’une qualification qui se profile mais n’en reste pas moins loin d’être acquise.

Ce prochain vendredi, il s’agira d’aller défier la lanterne rouge, Valence-Romans. Il n’est pas toujours facile d’affronter sur ses terres une équipe qui lutte pour sa survie. Les adversaires de Colomiers lors de la phase retour de la saison dernière en ont fait l’expérience. Ce déplacement peut donc s’avérer épineux...

Nos partenaires