LA CHRONIQUE DE JPP - ACTE 14



Lundi 25 Novembre 2019

LA FORCE DE CARACTÈRE.

Mardi dernier, les hasards du zapping m’ont permis de vivre les ultimes instants de la rencontre de football Pays de Galles-Hongrie (2-0) qualificative pour l’Euro 2020. Et de rêver… Quelle ferveur du public du Cardiff City Stadium, sans animosité. Quel bonheur, pour un joueur, d’évoluer dans un tel contexte. La  transcendance vous tend les bras. Le plus fou des rêves nous conduira-t-il à une telle ambiance dans une enceinte sportive de l’Hexagone ? Hélas jamais.

Trois jours plus tard, nous en étions à des années-lumière dans un stade Michel-Bendichou sonnant plus que creux pour la douzième journée de Pro D2 et la réception d’Aurillac. À peine plus de 2000 spectateurs. Les Columérins méritent mieux !

Arrêtons de rabâcher. Les absents ont eu tort. Les présents sont repartis ravis à l’image de Christophe Laurent, ancien talonneur de Colomiers où il a effectué l’essentiel de sa carrière, qui n’hésite pas à « monter » le plus souvent possible de Saint-Gaudens où il est restaurateur (« Le Club ») pour encourager les gars de la Colombe. Un fidèle parmi les fidèles.

Faisant preuve d’une belle force de caractère, les Columérins ont répondu aux attentes avec un succès bonifié (45-11 ; 5 essais inscrits). Ils ont d’abord subi pendant près d’une demi-heure, encaissant au passage un essai un poil casquette, face à une équipe cantalienne agressive et sans complexe. Avant de remettre la main sur le ballon en s’appuyant d’abord sur leur défense, évidemment, et en se montrant cette fois disciplinés. Les « Bleus » ont alors déployé un jeu de mouvement avec des prises de risques entraînant des pertes de balle, mais un jeu si agréable à voir.

Groggy comme des boxeurs saoulés de coups mais s’accrochant avec courage pour rester sur le ring, les Aurillacois ont fini à l’agonie, usant souvent d’expédients pour que la punition ne soit pas plus sévère. Les Columérins ont ajouté le panache pour boucler ce troisième bloc à 13 points, après les 9 du premier et les 12 du deuxième. Et s’installer à la quatrième place après avoir occupé un peu plus de 24 heures la troisième avant que Perpignan ne la reprenne dimanche.

Julien Sarraute et Fabien Berneau peuvent compter sur un vrai groupe : l’incorporation d’éléments ne disposant pas forcément d’un gros temps de jeu n’a en rien perturbé sa marche en avant.

Malheureusement, la soirée n’a pas été sans point noir. La grave blessure au genou gauche (rupture des croisés) du talonneur Youssef Saaidia, foudroyé après une heure au combat emplie d’une énorme générosité, le prive du reste de la saison. Après Cédric Coll, Clément Chartier, Hugo Djehi (une seule apparition, à Perpignan,  pour ce jeune pilier prometteur) et Damien Weber, « Youss » se retrouve à son tour sur le banc des infortunés de longue durée. « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille », avait coutume de dire Jacques Chirac.

Il reste cependant des forces à Colomiers pour, après un week-end de relâche, s’attaquer avant la trêve des confiseurs à un triptyque des plus délicats : déplacements à Nevers et Montauban, et réception de Biarritz. Mais nos Columérins semblent animés d’une foi inébranlable.

Nos partenaires