LA CHRONIQUE DE JPP - ACTE 11



Mardi 05 Novembre 2019

GROS COEUR ET COEUR GROS.

Les moins de 20 ans ne peuvent pas s’en souvenir. Avant celle de vendredi, la seule victoire de Colomiers à Béziers remontait à la saison 1997-1998, 18 à 16. Heureusement, la mémoire encyclopédique de l’ami Didier Navarre est là pour rafraîchir la nôtre. En ce temps-là, les deux équipes appartenaient à l’élite et la Colombe écrivait les pages les plus glorieuses de son histoire. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts de l’Orb, mais la défaite, plus ou moins nette, avait toujours sanctionné les voyages des Columérins en terre de Biterre. Dès lors, un succès pour l’entame du troisième bloc (9e journée), dans l’antre de la meilleure défense de Pro D2, semblait tout aussi invraisemblable qu’un Paris-Roubaix en pédalo.

Oui mais, voilà, le groupe columérin a des arguments, et sa victoire 22 à 15, ne souffre aucune contestation. Elle lui permet au passage de récupérer le joker perdu face à Soyaux-Angoulême après le succès à Grenoble. Il ne manquerait plus qu’on trouve un pédalo dans la trouée de Wallers-Arenberg.

Les hommes de Julien Sarraute et Fabien Berneau, avec un cœur énorme au combat, ont étalé solidarité, abnégation, maîtrise et discipline (10 pénalités concédées, cela reste correct ; 15 sifflées contre l’ASBH) pour creuser les fondations de la performance. « Nous avons très bien défendu », lâchait, le regard pétillant, Edoardo Gori. Les Biterrois n’ont jamais pu ôter les barbelés posés par Romain Bézian et compagnie. Pierre après  pierre, les Haut-Garonnais ont ainsi bâti leur succès conforté, en début de deuxième mi-temps, par un essai funambulesque de Josua Vici, son sixième de la saison. Ajoutons que le manque de respect du buteur adverse, copieusement hué lors de chaque tentative, n’a en rien perturbé Jules Soulan, le héros malheureux du final à Aix. Comme quoi… Les décibels des « Aqui, aqui, es Besièrs » ont même fini par s’estomper. Nous ne pouvons regretter que les sorties prématurées de  Thomas Dubois (commotionné, trois semaines de repos) et Mihai Macovei (blessé aux côtes).

Apprécions la cinquième place et les 25 points dans la musette en attendant la prochaine journée. Carcassonne, qui sera dimanche à Michel-Bendichou (14h25), est en embuscade au classement (7e avec 23 points) et vient d’impressionner contre Biarritz. Le face-à-face s’annonce musclé et vraisemblablement arrosé. Gardons-nous de tout excès de confiance et méditons sur cette pensée : « L’humilité sert à agir avec puissance. » Elle est attribuée à Lao Tseu, sage chinois contemporain de Confucius. Cela nous renvoie avant J.-C. Mais non, pas Jacques Chirac.

Nous ne pouvons conclure cette chronique sans une pensée pour les proches de Stéphane Fontanilles, ami et partenaire de la Colombe, disparu brutalement le jour du match. Il aurait certainement aimé goûter l’exploit de ses joueurs. Le destin ne l’a pas voulu.

Nos partenaires