LA CHRONIQUE DE JPP - ACTE 6



Lundi 30 Septembre 2019

Regrets et pression.

Les Columérins ont subi, vendredi à Oyonnax, leur troisième revers de la saison (19-23), assorti toutefois d’un bonus défensif, au terme de la cinquième journée de Pro D2. Et, une fois encore, ils peuvent nourrir des regrets après avoir donné le bâton aux adversaires. Et à l’arbitre : trois cartons jaunes et un leadership peu enviable à ce niveau en ayant porté leur total à onze. « On ne peut pas gagner à Oyonnax en jouant trente minutes à quatorze », peste Julien Sarraute. Ses joueurs en ont pris deux sur mêlée, dont un, le premier, à partager avec les locaux. « Nous prenons en moyenne un carton par match dans ce domaine », insiste l’entraîneur principal. À méditer.

L’indiscipline et le manque de maîtrise (les deux sont souvent liés) se retrouvent à nouveau au cœur du débat. Colomiers perd trop de ballons, s’expose et  se met sous la menace adverse. De quoi alimenter le courroux de son technicien.

Les Columérins ont ramené un bonus défensif pour lequel ils auraient sans doute signé avant de monter dans le bus pour aller défier une formation estampillée Top 14. Même si le but doit rester la victoire. « Accepter l’idée d’une défaite, c’est être vaincu », disait le Maréchal Foch. « Vu la physionomie de ce match très haché, vu notre prestation rugbystique moyenne, nous ne pouvions prétendre à autre chose », reconnaît un Julien Sarraute insatisfait du contenu mais sachant se contenter de ce point, bon pour le classement et le moral, obtenu sur un essai de pénalité à la sirène grâce à une mêlée (!) renversant alors sa rivale après avoir longtemps été en souffrance. « Nous l’avons arraché, nous avons eu la volonté d’aller le chercher », souligne l’entraîneur principal. Qui ajoute : « Si l’on s’en tient à l’état d’esprit, c’est bien. Mais l’état d’esprit ne suffit pas toujours dans la recherche de la performance ».

Les Columérins vont accueillir les promus rouennais ce vendredi, à 20 heures. Dans l’Ain, la pression, qui peut peser comme une chape de plomb sur les épaules, était sur celles des Oyonnaxiens au sortir de deux échecs à l’extérieur et condamnés à réagir pour respecter leur tableau de marche. Avant Rouen, elle va glisser vers celles des « Bleu et Blanc ». Ils doivent absolument retrouver le goût du succès afin de se relancer vers la première moitié du tableau. Les Normands, eux, surfent sur une bonne dynamique : après avoir poussé les Angoumoisins dans leurs ultimes retranchements en Charente (16-17), ils ont signé leurs premiers succès en Pro D2 en battant successivement Valence-Romans et l’USAP. Ils peuvent  ainsi envisager l’esprit tranquille, hors de toute pression, mais à l’affût d’un gros coup, leur déplacement. Aux Columérins de faire le nécessaire pour ensuite savourer quelques… pressions. Avec modération.

Nos partenaires