LA CHRONIQUE DE JPP - ACTE 2



Mardi 03 Septembre 2019

CLÉMENT ET SES POTES.

En ce vendredi suffocant, Clément Chartier est arrivé au stade Michel-Bendichou peu avant le coup d’envoi de Colomiers - Mont-de-Marsan en s’appuyant sur une paire de béquilles. Quelques signes d’encouragement ont accompagné le deuxième ligne au genou droit meurtri jusqu’aux tribunes. Lorsque les Columérins sont entrés sur l’aire de jeu, son estomac a dû se nouer. Lui n’est pas près de fouler à nouveau les pelouses. Pas avant le printemps.

Déjà, la saison dernière, deux entorses, une à chaque genou, l’avaient éloigné de la compétition à deux reprises pendant un mois. Cette fois, c’est plus grave. Les « croisés », comme on le dit vulgairement, rompus lors d’un  match amical contre Nevers,  l’ont amené à passer sur le billard. Résultat : entre six et huit mois d’arrêt alors qu’il était, à 25 ans, en  train d’atteindre la plénitude.

Spectateur forcé et frustré, Clément a souffert mentalement après avoir été éprouvé par la douleur physique.  Réconforté cependant par le succès de ses copains (29-16), un succès confirmant les dispositions affichées une semaine auparavant à Grenoble, avec un état d’esprit irréprochable, une belle conquête, mais aussi des difficultés dans la construction du jeu malgré deux essais de haute volée. Colomiers a traversé un passage à vide au début de la deuxième mi-temps permettant à Mont-de-Marsan de refaire surface après avoir levé une interdiction de séjour dans les « 22 » adverses en première période.  Puis la défense a repris le dessus, haussant le curseur. Sanctionnés trois fois dans les cinq minutes qui ont suivi la reprise, les Columérins n’ont plus concédé la moindre pénalité, en provoquant une cascade dans les rangs landais. 

Au final, la prestation n’est peut-être pas des plus abouties, mais nous n’en étions qu’à la deuxième journée. La victoire est belle et le groupe perfectible.

Clément devait regagner rapidement ses pénates. Pas de troisième mi-temps ! Il n’a pu s’empêcher de faire une brève apparition dans le vestiaire, histoire de communier avec les siens, de humer ce parfum qui peut devenir enivrant lorsque le succès est là.

Colomiers va essayer de remettre ça, dans la sérénité née des deux victoires initiales, dimanche prochain à Perpignan. Une autre paire de manches… En attendant, savourons. Et encourageons Clément Chartier. Son retour n’est certes pas pour demain. Le printemps doit lui sembler bien lointain. Nous avons pourtant des raisons d’espérer que l’hiver, pour Colomiers, s’achèvera beaucoup plus tôt que la saison dernière. Et, pour Clément, le temps passera ainsi  plus vite.


Nos partenaires