[REVUE DE PRESSE]



Lundi 15 Avril 2019

L'exploit des Columérins
Article paru dans la Dépêche du Midi le 13 avril 2019

Ils ne s'étaient plus imposés à l'extérieur depuis 26 matchs. Et à première vue, la pelouse du Biarritz Olympique ne semblait pas la plus idoine pour changer la donne, puisque les Basques, lancés dans une remontée fantastique pour atteindre les phases finales, restaient sur trois victoires contre des cadors de la poule. Mais un match de rugby, comme la plupart des rencontres sportives, n'est jamais écrit à l'avance. Et c'est ce qui fait toute la beauté du sport. De ce sport.

Hier soir, les Columérins ont ainsi signé un véritable exploit. Et le plus surprenant peut-être, c'est qu'ils ne l'ont pas volé. Après un quart d'heure de jeu, les locaux avaient commis quatre en-avant, concédé trois pénalités, reçu un carton jaune (Guiry) et encaissé un essai du pilier Weber, transformé par l'ouvreur Poet. Les Haut-Garonnais menaient ainsi 7-0. Et alors qu'ils auraient pu s'écrouler en seconde période, après avoir vu leurs adversaires planter deux essais dans les dix dernières minutes de la première, dont un après la sirène (12-7), il n'en a rien été.

La pénalité de la délivrance

Avec leur courage, leur hargne, leur vice aussi, ils ont su faire déjouer leurs hôtes. Tawalo, l'homme du doublé qui leur avait fait si mal, est ainsi rentré aux vestiaires plus vite que les autres, après avoir vu rouge après une altercation avec Aurélien Beco (46). Bien que menés 15-7, les 14es du classement n'ont pas abdiqué. Portés par un solide paquet d'avants, ils ont d'abord réduit la marque en bout d'aile (15-14, 61e), avant de prendre les devants à cinq minutes du coup de sifflet final, à l'autre bout de la ligne (18-21).
Les Biarrots ont pourtant eu la balle de match sur une mêlée à cinq mètres, mais l'arbitre, d'une énième pénalité après le retour en jeu d'Augustin Costa Repetto, a mis fin à leurs rêves. Et propulsé les Columérins au septième ciel.
Ces derniers ont ainsi signé une troisième victoire de rang, conservant leur place hors de la charrette pour la Fédérale 1. Il leur faudra encore réaliser deux autres rencontres de la sorte pour se maintenir. Mais hier soir, sur la pelouse du Biarritz Olympique, ils se sont eux-mêmes indiqués la marche à suivre.

BIARRITZ 18 – COLOMIERS 21
MT : 12-7 ; 7 000 spectateurs ; arbitre : M. Nuchy (Côte d'Argent)
Vainqueurs : 3E Weber (15), Lagain (61), Chiappesoni (74) ; 3T Poet (16, 61), Fajardo (74)
BIARRITZ : Bouldoire (X. Lucu, 54) ; Tawalo, Poi (Gimenez, 50), Dachary, Artru (o) M. Lucu (Perraux, 70), (m) Doubrère (M. Lucu, 70) ; Ussaraga (De Coninck, 49), Manu (Hirigoyen, 63), Guiry ; Singer, Nabou ; Millar (Akhobadze, 67) Martinez (Peyresblanques, 49), Leatigaga (Lourdelet, 35)
Exclu. tempo. : Guiry (16, antijeu)
Exclu. déf. : Tawalo (46, brutalité)
COLOMIERS Jaminet ; Lagain, Maurino (Moefana, 54), Deysel, Pimienta (o) Poet (Fajardo, 67), (m) Neveu (Cazenave, 62) ; Macovei (Chiappesoni, 70), Bezian, Beco (cap.) ; Chartier, Memain (Sio. Timani, 59) ; Sheklashvili (Palma-Newport, 59), Costa Repetto (Barlot, 46), Weber (Dubois, 54)
Exclu. tempo. Beco (46, nervosité)
La note du match 13/20 – L'homme du match Beka Sheklashvili (Colomiers)


Morgan Chari
 

Nos partenaires