[REVUE DE PRESSE]



Lundi 01 Avril 2019

Kane Palma-Newport a réussi son pari
Article paru dans la Dépêche du midi le 28 mars 2019.

En rugby, les Anglais disent souvent «no scrum no win». Et cet adage fonctionne aussi pour la Pro D2, un championnat où la mêlée est reine et les piliers sont rois. En bon sujet de sa majesté, Kane Palma-Newport a donc quitté Bath, sa «hometown», il y a dix mois de cela pour tenter l'aventure à Colomiers.
Le droitier s'est très rapidement intégré au rugby et à la vie version «made in France». «La douceur de vivre est incroyable ici, le climat et les habitudes quotidiennes font que les gens sont plus ouverts, c'est très relaxant en comparaison avec Bath», avoue le joueur de 28 ans. «Le jeu est énormément basé sur la conquête ici donc ce fut avant tout un challenge que de venir en Pro D2», précise le néo-Columérin aux 13 feuilles de matches dont les deux dernières comme titulaire.

«C'est un gros challenge pour moi surtout que la mêlée est sacrée ici», sourit Kane en révélant les secrets de cette ténébreuse phase de jeu. «En Premiership c'est impossible de tricher, les arbitres scrutent le moindre détail alors qu'en France c'est tout le contraire, la ruse prend le dessus sur la force quelques fois», confirme le Britannique avec un grand souci du détail. Un héritage de sa formation à l'anglaise. «En Angleterre nous essayons de penser à tout, de tout décortiquer pour envisager toutes les options», révèle un homme qui a été usé par ce système : «C'est très fatigant, surtout mentalement, et il faut ajouter à tout cela beaucoup de stress de la part des médias, des supporters et des dirigeants.»

Rester en France

Au fur et à mesure des matches, des mêlées et combats livrés chaque vendredi, Kane est pourtant convaincu d'avoir fait le bon choix et, sur le terrain, le droitier est de plus en plus performant. À l'image de cet essai de pénalité obtenu sur mêlée lors de la dernière journée à Bayonne, le pilier apporte son expérience et son «fighting spirit», des qualités utiles avant de recevoir Carcassonne demain. «Ils sont très massifs, il va falloir les faire courir, les déplacer et, en ce qui me concerne, ça va être un énorme combat en mêlée et sur les ballons portés», prévoit-il pour le premier des trois derniers matches de la saison à domicile (Carcassonne, Massy et Angoulême).
«La lutte continue, on a été malchanceux par moments, mais je pense qu'on doit désormais se focaliser sur le moment présent et non les erreurs passées. Il faut regarder devant», harangue Kane dont l'objectif est le maintien de Colomiers mais aussi de rester en France. «Je ne reviendrai plus en Angleterre, j'adore Colomiers et je souhaite m'installer ici», conclut cet aventurier qui veut commencer une nouvelle vie.
 
Maxime Brossard

Nos partenaires