BERNARD GOUTTA : "DE L'ENTHOUSIASME, DE LA FRAÎCHEUR ET DE L'ENVIE"



Mardi 23 Août 2016

Après une belle saison dernière, conclue par une demi-finale à Jean-Dauger face à Bayonne, et quatre matchs de préparation, Colomiers Rugby retrouve le championnat de Pro D2 ce vendredi à Bourgoin. L'occasion d'aller interroger Bernard Goutta, à quelques jours de ce premier rendez-vous. 


Bernard, quel bilan fais-tu des matchs amicaux (2 victoires, 2 défaites) ?
 
On sent de l’enthousiasme, de la fraîcheur et l’envie de produire énormément. On a fait de belles choses offensivement, avec de très beaux essais marqués. Il y a toujours cette volonté d’entreprendre et de mettre du rythme. J’ai l’impression que l’on a récité pendant les matchs de préparation tout ce que l’on travaille à l’entraînement. Maintenant il va falloir les réciter à balles réelles et face à un autre engagement. Les équipes seront là pour détruire notre jeu. À nous de faire en sorte qu’elles n’y arrivent pas.
 
Comment juges-tu les nouvelles recrues ?
 
Les recrues ont été très bien intégrées dans le groupe et dans la vie du vestiaire. Elles me paraissent intelligentes, s’adaptent bien à notre projet de jeu et nous amènent de la fraîcheur et une vraie plus-value. On a vu certains joueurs se mettre en évidence, d’autres ont besoin de prendre plus de repères avec le groupe.
 
 
Après une belle saison dernière, quel peut être l’objectif du club ?
  
L’objectif est bien évidemment de toujours faire mieux. Après, il y a également eu des conditions particulières la saison dernière, avec certaines écuries qui n’ont pas été au rendez-vous. Ensuite, tu peux faire une très belle saison sans parvenir à te qualifier pour les phases finales, c’était le cas pour nous lors des années précédentes. Bien évidemment, quand tu goûtes aux demi-finales, tu as envie d’y revenir. On sent un groupe qui a envie, mais il faudra d’abord bien rentrer dans la compétition.
 
Justement, quel est ton regard sur ce championnat de Pro D2 ?
 
On voit des équipes organisées, structurées, des joueurs internationaux qui arrivent dans ce championnat… Qu’est-ce qui va changer cette saison ? Le niveau d’engagement et l’agressivité. Il y aura une très grosse d’intensité, avec des écuries un peu vexées de leur mauvaise saison en Pro D2 et d’autres vexées de leur descente en deuxième division. On s’attend à un bras de fer, c’est l’évaluation que j’ai fait des différents matchs de préparation.
 
Un mot sur Bourgoin, votre futur adversaire ? Un club qui a connu un été agité avec certains problèmes extra-sportifs…
 
Bourgoin est un club avec une grosse culture, une grosse passion. Et dans les clubs avec une forte identité, il y a toujours des problèmes comme ça, je l’ai vécu avec Perpignan. Mais en attendant, chaque année, Bourgoin arrive à se sauver sportivement, en y mettant une solidarité et une cohésion exemplaires. Ils se nourrissent de tout cela. Mais ce qui nous intéresse, c’est de savoir comment on va se comporter face à cette équipe.
 
 
Le fait de ne pas jouer à Pierre-Rajon, stade habituel du CSBJ, mais à Romans est-il un avantage pour Colomiers ?
 
Ça reste un terrain comme un autre, face à une équipe qui va se nourrir de ces problèmes. Comme je l’ai dit, c’est d’abord sur nous qu’il faut se concentrer, savoir comment on va valider toutes nos semaines de préparation et rentrer dans ce championnat.  



Crédit photo : Colomiers Rugby - Gilles Cadario

Nos partenaires