BENJAMIN RIOUX ET GRÉGOIRE MAURINO : "UNE VRAIE COMMUNION"



Mardi 24 Mai 2016

Le centre Grégoire Maurino et le talonneur Benjamin Rioux reviennent sur la qualification décrochée dimanche à Carcassonne et évoquent la demi-finale à venir à Bayonne. 


Grégoire Maurino


Grégoire, ça a été compliqué…

 
On a eu un peu peur de gagner je crois. On a été fébrile en début de match, on n’arrivait pas à développer notre jeu… On les a regardés jouer au début, on rentre mal dans le match… Carcassonne avait aussi envie de bien finir pour leur dernière de la saison à domicile.
 
Quel a été le discours de Bernard à la mi-temps ?
 
Franchement, il a été bon. Il a vu que l’on n’était pas bien et il nous a dit qu’il ne fallait pas paniquer. Au lieu de nous enfoncer, il a su nous remobiliser en nous disant qu’il fallait qu’on s’accroche, qu’on était qu’à six points derrière. Au final, c’est l’envie qui a fait le reste en deuxième période.
 
Une fois la rencontre terminée, il a fallu attendre le résultat de Béziers à Montauban…
 
Des moments on me disait « c’est bon », d’autres on me disait « c’est pas bon ».  Jusqu’au dernier moment on était en panique. Finalement ça nous a souri.
 
 
Benjamin Rioux
 

Benjamin, tout n’a pas été parfait mais la qualification est là...
 
C’est un énorme sentiment de devoir accompli. Je sais que toute la ville de Colomiers va suivre son club de rugby pour la demi-finale. Il est en train de se passer quelque chose avec les supporters. C’est une vraie communion. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu ça, depuis les grands moments en Fédérale 1.
 
Ce match montre une nouvelle les ressources mentales du groupe, qui n’a jamais rien lâché…
 
C’est vrai ! On a quand même quelques blessés importants, des joueurs cadres comme Romain Memain, Morgan Saout et Romain Bézian et malgré cela, tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice.
 
Maintenant, place à Bayonne pour la demi-finale…
 
On va aborder ce match le plus sérieusement du monde. On va respecter cette équipe au maximum. Pour ma part, j’ai connu les moments plus difficiles du club, donc je mesure l’importance de cette qualification. Ça récompense tout le travail effectué depuis quatre ans pour progresser, pour en arriver là et pour aller encore plus haut. 


Crédit photos : Gilles Cadario

Nos partenaires